Alice Comble, fondatrice de GreenMinded, a accepté de répondre à nos questions pour l’interview « les acteurs de demain ». Découvrez ses réponses juste ici :

Si tu devais présenter Greenminded à ta grand mère, vous diriez quoi ?

Je lui dirais que GreenMinded est une association créée en réponse aux dégâts causés par la génération d’après lui…. La notre n’ayant pas d’autres choix que de rattraper les pots cassés !

Depuis que vous avez commencé votre activité il y a 6 ans, quelle est votre plus grande réussite ?

Notre plus grande réussite a été d’avoir pu sensibiliser des milliers voire millions de personnes au sujet de l’impact du mégot de cigarette. Aujourd’hui, nous avons ouvert nos activités à d’autres champs d’action, même si les mégots de cigarette étaient notre premier objectif.

Je pense que c’est ça notre plus grande fierté, c’est d’avoir empêché quelques milliers de mégots de finir à la mer !

Comment pouvons-nous participer à votre engagement sans apporter de contribution financière ?

Tout en restant chez soi et sans donner de l’argent, vous pouvez :

  • Installer le moteur de recherche Lilo

Lilo nous apporte la somme fixe de 200 à 300€ par mois : une somme non-néglibeable qui est simplement générée par vos recherches internet.

En plus, Lilo est un moteur de recherche français, qui respecte votre vie privée et qui vous permet de soutenir GreenMinded ainsi que de nombreuses autres associations !

  • Regarder des publicités sur Goodeed

Le système est simple : à chaque fois qu’une publicité est diffusée, un don est généré pour soutenir une association. La plateforme nous permet de toucher quelques milliers d’euros chaque année !

Avez-vous rencontré des difficultés à développer votre activité ?

Nos difficultés ont plutôt été d’ordre moral.

À l’origine, nous nous sommes fait connaître via un projet de cendrier connecté (avec un écran, une batterie, des capteurs…) qui devait monitorer la consommation des fumeurs et les aider à réduire leur consommation.

Notre projet avait tout pour plaire : tout le monde nous le disait, nous participions à de nombreuses conférences d’entrepreneurs, nous gagnions des concours, nous étions jeunes, des filles… Bref, nous remplissions toutes les cases.

Après avoir passé quelques années à développer le projet, nous nous sommes rendues compte de 2 choses :

  • Ce n’était pas forcément nécessaire d’avoir un cendrier connecté pour désinciter les fumeurs à jeter leurs mégots par terre
  • Mettre sur le marché un nouvel objet connecté avec un écran, une batterie, une carte éléctronique allait créer un impact environnemental absolument catastrophique

Nous avons alors décidé de nous réveiller et d’arrêter le projet, même si tout le monde nous disait de faire le contraire…Et nous sommes très contentes qu’il ne soit pas sorti !

Comment êtes-vous devenue la fondatrice d’une association engagée ?

J’ai commencé par faire des études d’ingénieur qui n’étaient pas forcément très choisies. Mes parents, mes deux soeurs, mon grand-père sont ingénieurs, donc cette voix s’est présentée à moi plus par rituel que par choix

J’ai tout de même fait mes études tant bien que mal, sans trop y croire. Et puis ça a été une évidence. J’ai toujours été engagée dans l’associatif : j’étais bénévole pour Alternatiba, Poubelles en Or, GreenPeace et pour plusieurs projets autour du gaspillage alimentaire, donc m’engager pleinement au sein d’une association après mes études était assez évident pour moi.

En somme, j’ai rempli la partie du contrat avec mes parents en faisant des études d’ingénieur, et une fois terminé, je me suis mise à faire ce que je voulais vraiment faire !

Auriez-vous un eco-geste à appliquer en entreprise pour les fumeurs ?

Adoptez le cendrier de poche fabriqué en France en fer-blanc recyclé ! À glisser avec son paquet de cigarette et son briquet : le triptyque gagnant !

Comment avez-vous prévu d’étendre votre activité après les mégots de cigarette ?

En réalité, nous avons un temps d’action qui est relativement court : il est quasiment déjà trop tard pour agir. C’est pourquoi nous nous sommes rendu-compte qu’il fallait sensibiliser un maximum les enfants

Mais comment ?

Nous sensibilisons sur deux thématiques : le 0 déchet de manière générale et la protection de la biodiversité.

Nous avons réalisé des programmes allant du CP à la terminale, et nous intervenons dans un maximum d’établissements scolaires, en priorité dans les réseaux d’établissements prioritaires (REP et REP+)

Pourquoi ?

En fait, un enfant qui est sensibilisé est un futur citoyen qui va adopter des bons gestes dès son plus jeune âge, et quelqu’un qui va avoir un impact au sein de son propre foyer. C’est donc potentiellement un enfant qui va faire changer les comportements d’achat de ses parents, qui va pouvoir mettre en place des actions 0 déchet, et qui va sensibiliser à la protection de la biodiversité au sein de son foyer.

Finalement, c’est important de sensibiliser les adultes, mais ceux qui s’intéressent à la formation sont déjà sensibilisés à l’écologie. Il est donc nécessaire de continuer à en parler et toucher un maximum de gens qui sont très éloignés de ces questions-là.

Vous sensibilisiez déjà dans les écoles, quelles sont vos prochaines cibles de sensibilisation ?

Nous sommes en train de créer notre écolieu pédagogique dans le Limousin, « Le Doux Refuge », ce qui est beaucoup plus vaste qu’au début !

Si vous deviez inviter 3 acteurs de demain à participer, quels seraient-ils ?

  • Vincent Touboule – fondateur de Goodeed
  • Clément Le Bras – cofondateur de Lilo

Découvrez aussi les interviews de Marie-Emmanuelle Piquet et Quentin Oustelandt !